Accueil Centre d'étude argonnais
Centre d'études argonnais
Logo du pays d'Argonne

Editions du Centre d'études Argonnais

Auteur
Numéro Année
Thème

Numéro 42 - Année 1981 (22 articles)
Auteur Article Pages  
 MANCEAU Henri  Argonne et Argonnais (Histoire)  8 à 11  
 Evoquant tour à tour le milieu, les métiers, l’histoire politique et religieuse et les grands hommes, l’auteur essaie de dégager les traits caractéristiques des Argonnais, dont « tout concourut à faire des hommes indépendants ».
 HARDY Raymond, AMBROISE Serge  Le défilé de la Fournelle (Histoire)  12 à 34  
 Prenant sa source entre Belleville-sur-Bar et Noirval, le ruisseau de la Fournelle entaille la gaize suivant un axe sud-ouest pour rejoindre l’Aisne à Condé-lès-Vouziers. Les deux auteurs associent l’histoire et la géographie pour conclure que son défilé n’a joué aucun rôle significatif dans le développement de la région.
 MARCHAL Jean  Quand Beaumont faisait la loi (Histoire)  35 à 37  
 En 1182, l’archevêque de Reims, Guillaume « aux blanches mains », accordait une charte d’affranchissement aux habitants de Beaumont-en-Argonne. Très libérale pour son temps, cette charte eut un succès considérable puisqu’elle fut adoptée par près de 500 localités du nord, de l’est de la France et de l’actuelle Belgique.
 de POUILLY H.  Le château de la Samaritaine à Buzancy (Histoire)  38 à 42  
 Ce château a été édifié à partir de 1785 par l’architecte Bellanger pour le compte de Jean-Mathieu Augeard, secrétaire de la reine Marie-Antoinette. En grande partie démoli sous l’Empire, il n’en subsiste plus que les écuries, deux lions de pierre et une pièce d’eau.
 PONCELET Michel, GERDEAUX André  Bref aperçu de l'industrie ancienne en Argonne ardennaise (Économie)  43 à 43  
 PONCELET Michel, GERDEAUX André  L'exploitation des coquins en Argonne ardennaise (Économie)  44 à 56  
 L’argile et les sables verts d’Argonne recèlent des nodules de phosphates, les « coquins », qui furent utilisés comme engrais entre 1855 et 1914. Les premières exploitations – mines, lavoirs et moulins – ont été créées à Grandpré et à Senuc entre 1855 et 1856.
 MANCEAU Henri  Un village à l'heure belge (région du Chesne) 1900 (Coutumes - Folklore)  57 à 58  
 Le village de l’auteur associait de petites exploitations cultivées par les agriculteurs locaux et deux grosses fermes louées à des familles belges. La cohabitation était houleuse entre les deux guerres, mais l’école et les mariages ont fini par aplanir les rivalités d’autrefois.
 BECHARD Éliane  Autour du berceau (Coutumes - Folklore)  59 à 62  
 Cet article passe méthodiquement en revue les us et coutumes qui s’appliquaient autrefois à la naissance : forme du berceau, trousseau du bébé, baptême, choix des parrains et marraines, cadeaux et prénoms.
 POPLINEAU Bernard, BECHARD Éliane  Le TRIMOUZET suivi d'histoires et de chansons populaires (Coutumes - Folklore)  63 à 69  
 L’Argonne a fourni des peintres et des poètes mais aucun chanteur, de telle sorte que son vieux fonds de chansons populaires est repris de la Champagne ou de la Lorraine. Les auteurs signalent cependant la ronde du Camp de Grandpré qui fut inspirée par la campagne de 1792.
 BECHARD Éliane  La Vierge de Bayonville (Art sacré)  70 à 71  
 Après sa destruction en 1940, l’église de Bayonville a dû attendre 1960 pour être inaugurée. Son parvis est orné d’une statue en béton de la vierge en style oriental qui a d’abord surpris la population avant de la conquérir.
 FRANÇOIS Albert  Le trait ardennais (Écologie-Environnement)  72 à 72  
 L’Argonne ardennaise a été longtemps l’un des foyers d’élevage du cheval ardennais. Dans les années 1980 il n’en subsistait plus que quelques dizaines destinées à la boucherie.
 HUSSENET Jacques  Radiographie de Buzancy (Économie)  73 à 76  
 Malgré son statut de chef-lieu de canton, Buzancy est passé de 540 habitants en 1954 à 452 en 1975. Un quart des emplois a disparu dans le même temps, essentiellement dans l’agriculture, l’artisanat et l’industrie. Cette régression a commencé au milieu du XIXe siècle et ne s’est plus jamais arrêtée, le canton comptant 9 habitants au km2 en 1975, contre 34 en 1851.
 BESTEL Bernard  La Maison de la Vannerie de Vrizy (Artisanat)  77 à 79  
 De 500 en 1920 les vanniers du Vouzinois étaient tombés à une quarantaine en 1978, date de l’ouverture d’une maison de la vannerie à Vrizy, dans le cadre du contrat de pays de Vouziers. En dépit de quelques aides publiques et de la constitution d’une coopérative, l’avenir de la profession apparaît problématique.
 MOUZE M.  Climatologie de la région vouzinoise (Écologie-Environnement)  80 à 93  
 Grâce à des observations de températures et de pluviométrie effectuées de 1955 à 1978, l’auteur précise le caractère climatique de la région de Vouziers : un climat océanique dégradé, plus doux et moins humide que dans le reste du département.
 BAUDIER Michel  Vouziers, capitale de l'Argonne ardennaise, une ville qui va vers l'avant (Économie)  94 à 98  
 Maire de Vouziers, l’auteur explique les mesures prises par son conseil municipal pour redynamiser le chef-lieu d’une région en déclin. Avec les équipements de base d’une sous-préfecture, dont un lycée et des terrains de sport, les élus investissent prioritairement dans les zones d’activités et le logement.
 FAUCHER E. Vaclav  12 octobre 1980 : 50e anniversaire de l'école Masaryk (Histoire)  99 à 102  
 Des soldats tchèques ont combattu pour la libération de Vouziers en 1918, ce qui explique l’existence locale d’un lycée inauguré en 1930 et qui porte le nom du président fondateur de la république tchécoslovaque.
 ELOI Henri  Sur les sentiers de la région de Grandpré (Écologie-Environnement)  103 à 103  
 La région de Grandpré est traversée par le sentier de grande randonnée GR 14 qui relie Apremont-sur-Aire à Sedan. Deux autres sentiers se greffent sur le premier itinéraire et tous trois permettent d’effectuer d’agréables promenades de deux à trois heures.
 CAQUOT Marcel  Hommage à Jules Jamin de l'Académie des sciences (Argonnais)  103 à 106  
 Né à Termes en 1818, Jules Jamin enseigna à l’Ecole polytechnique et devint l’un des grands physiciens de son temps. Sa fille épousa le physicien Henri Becquerel, lequel devint à son tour professeur à Polytechnique où il eut pour élève un certain Albert Caquot.
 LALLEMENT Robert  Chronique gastronomique (Cuisine)  107 à 109  
 L’auteur constate que l’Argonne n’a pas vraiment de spécificité gastronomique, ses principales recettes provenant de la Champagne, de la Lorraine ou de l’Ardenne. Il en propose trois aux lecteurs : les œufs à l’Ardennaise, la queue de cochon grillée et la carpe farcie.
 La rédaction  Commémoration du bicentenaire de la naissance de Chamisso (Autour du C.E.A.)  110 à 111  
 CAZIN Noëlle  Vient de paraître (Bibliographie)  112 à 115  
 CAZIN Noëlle  Échos d'Argonne (Échos d'Argonne)  116 à 116